LE CHEMIN DES MOINES

Le Chemin des moines vous propose de marcher vers les sites colombaniens qui ont gardé la mémoire de cette époque prestigieuse, source des origines de la christianisation de l’Europe. Nous rencontrerons aussi des lieux légendaires, tradition d’une histoire populaire qui animait les veillées d’autrefois.

ERMITAGE DE SAINT VALBERT

De tous les hommes qui ont illustré l'abbaye de Luxeuil, Saint Valbert est sans doute celui qui connut la plus grande influence et dont le souvenir fut le mieux conservé. Valbert se dépouilla de tout. Il fut autorisé à mener une vie d'ermite, à quelque distance au nord de l'abbaye, au milieu de la forêt, dans une grotte creusée dans un banc de grès, près d'une source : c'est l'humble cellule que nous voyons encore aujourd'hui.

La grotte de Saint Valbert subit des aménagements au cours des siècles. La tradition raconte que le saint célébrait la messe sur l'autel à gauche et mangeait sur la tablette de droite. La banquette au centre lui servait de lit. La colombe au plafond, sur rocher, a été taillée au XIXème siècle.

Au XVIIIème siècle, d'importantes transformations furent réalisées. Entre 1757 et 1760, un nouveau plan fut établi avec un bâtiment central (aujourd'hui disparu), la chapelle actuelle avec son autel d'origine et les jardins soutenus par de grands murs, le tout clôturé. Les bâtiments étaient conservés et entretenus jusqu'à la Révolution par les moines de Luxeuil. En 1843 l'archevêque de Besançon, Cardinal Mathieu, racheta l'ensemble et le site a été aménagé afin d'en faire un lieu de prières et de méditation.

LA PIERRE DU MOUTON

Le temps d’une pause, essayez de déchiffrer les inscriptions sur ce petit rocher.

LA PIERRE AUX SACRIFICES

Les cuvettes dans le rocher ont été le sujet de beaucoup de légendes dans la vallée. Aujourd'hui l'explication est plus fonctionnelle, ces cuvettes sont la conséquence d'extraction de meules en grès.

LA CHAPELLE SAINT ROCH

Edifiée en 1636 à l’endroit même où furent enterrés les victimes de la peste, la chapelle a été reconstruite en 1853 en remerciement d’avoir épargné les habitants de l’épidémie de choléra.

LA GROTTE DE SAINT COLOMBAN

Un jour, quittant Annegray, Colomban découvre un énorme rocher abrupt, surmonté d’une plate-forme d’où l’on peut voir au loin Annegray. Il y trouve une grotte occupée par un ours. Doucement, il demande à la bête sauvage de sortir et celle-ci n’osera plus y revenir. Colomban s’y installe à plusieurs reprises pour méditer et prier dans la solitude aux approches des fêtes du Seigneur. Cette grotte existe toujours, au nord-ouest de la commune de Sainte-Marie en Chanois à quelque huit kilomètres d’Annegray et douze kilomètres de Luxeuil, mais il ne subsiste de la grotte que le fond, où naît une source. Le plafond de la grotte elle-même s’étant effondré à une époque fort lointaine et l’on doit enjamber cet énorme couvercle pour aller puiser l’eau à la source.

Tout à côté, une petite chapelle, de style néo-roman, reconstruite en 1872 par les quatre communes paroissiales de Sainte-Marie, Les Fessey, La Bruyère et La Proiselière, remplace un édifice du XVIème siècle qui devait être en mauvais état et dont aucune pierre n’a été sauvegardée. C’est un but de pèlerinage et de promenade pour les touristes de passage dans la vallée. Jusqu’à la Révolution, les Bénédictins de Luxeuil entretiennent et desservent ce lieu de pèlerinage où les malades viennent volontiers chercher de l’eau à cette source miraculeuse et s’allonger sur une pierre appelée « le lit de Saint Colomban » sur laquelle la chapelle a ensuite été construite. Aujourd’hui encore c’est un lieu très fréquenté par les habitants de la région, ils viennent confier leurs prières à Saint Colomban et remplissent des bonbonnes avec l’eau de la source.

LE MONASTÈRE D’ANNEGRAY

Le hameau d’Annegray, sur la commune de la Voivre, est traditionnellement identifié comme le site du monastère d’Anagrates ; la découverte des fondations de l’église romane Saint-Jean-Baptiste et de sarcophages mérovingiens par le docteur Cugnier en 1958 participe à cette identification. Annegray est situé dans la vallée supérieure du Breuchin, pénétrant les premiers contreforts méridionaux du massif vosgien. Le monastère était également à proximité de Faucogney, verrouillant la route en direction du col du Mont de Fourche et de la vallée de la Moselle. Ce site est considéré traditionnellement comme la première fondation sur le continent du grand moine irlandais, à la fin du VIème siècle. Il a été construit sur les ruines d'un ancien camp romain.